22/10/2004

by et à janvier

Cher public la saison de cyclisme étant terminé je ne ferai plus de nouvelle mise a jour avant la mi janvier. J'espere vous revoir bientot sur mon blog.
A+ Jéjé

18:43 Écrit par j | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Tour de Lombardie - Cunego et Bettini, duo en or



COME Les tifosi peuvent exulter, ils tiennent leur nouveau Campionissimo. Quatre mois après avoir surclassé le Tour d'Italie (quatre succès d'étapes à la clé), Damiano Cunego, vingt-trois ans depuis moins d'un mois (19 septembre), s'est imposé hier dans la 98e édition du Tour de Lombardie, dixième et dernière manche d'une Coupe du Monde, appelée à disparaître (englobée par l' UCI ProTour), que Paolo Bettini a enlevé pour la troisième fois consécutive. Au terme des 246 km d'un parcours rénové, lequel retrouvait, vingt ans après les routes légendaires qui bordent le Lac de Côme (avec les montées de l'Intelvi et du Ghisallo notamment), le jeune Véronais s'est imposé dans un sprint à cinq, face à ses derniers compagnons d'échappée, Michael Boogerd, devancé une fois encore, Ivan Basso, sans doute le plus fort hier, et le tandem d'une équipe T-Mobile qui gagne in extremis la dernière Coupe du monde interéquipes, Cadel Evans et Daniele Nardello.

Victorieux hier pour la dix-huitième fois cette saison (dont trois critériums), Damiano Cunego, 9e du récent mondial couru sur ses terres puisqu'il vit dans la banlieue de Vérone, devrait occuper demain, pour une poignée d'unités, le premier rang du dernier classement mondial UCI (il va disparaître lui aussi) devant Paolo Bettini. L'Italien, qui l'an prochain devrait doubler Giro et Tour, s'annonce donc d'ores et déjà comme le grand champion de demain. Excellent grimpeur, bon rouleur, rapide au sprint, Cunego est occupé à prendre la place de Marco Pantani dans le coeur des tifosi. Depuis 1995 (succès de Jalabert à Sanremo et à la Vuelta), plus aucun lauréat d'un grand tour n'avait gagné, la même année une classique.

Damiano Cunego a construit son succès en plusieurs temps, à la manière des grands. Dans le Ghisallo, où Paolo Bettini est apparu rapidement en difficulté et où la Coupe du Monde semblait alors lui glisser des mains, le Véronais a su accompagner les meilleurs (Casagrande, Boogerd, Mazzoleni, Rebellin, Caruso, Evans, Fertonani) précédés de quelques secondes au sommet (km 201) par le très entreprenant mais peu efficace Ivan Basso. Dans la descente (km 212), Bettini (retardé d'une demi-minute au sommet) qui avait su faire preuve pour l'occasion d'une belle volonté et du jusqu'au-boutisme qu'on lui connaît, revint avec un petit groupe duquel s'échappèrent directement six hommes (Nardello, Rasmussen, Rodriguez, Sosenka, Frigo, Nozal). Dès lors, Rebbelin ne l'inquiéta plus jamais. Après avoir compté une minute d'avance, les attaquants furent repris dans la montée de Civiglio (km 226). Huit hommes passèrent ensemble au sommet (km 231), Nardello, Evans, Nozal, Cunego, Basso, Sosenka, Boogerd et Frigo. Cunego accéléra dans la descente mais fut repris (km 236) au pied de la dernière difficulté, San Fermo della Battaglia, où malgré un dernier assaut de Basso, Boogerd et Evans, le jeune Italien parvint à s'accrocher avant que, à deux kilomètres de l'arrivée, Nardello ne soit le dernier à revenir. Basso lança le sprint mais fut d'emblée dépassé par son jeune compatriote que Boogerd ne put inquiéter.

Eric de Falleur La Dh les sports(17/10/2004)

18:38 Écrit par j | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/10/2004

Erik Dekker le plus fort


Le Néerlandais Erik Dekker a enlevé, ce dimanche, la classique Paris-Tours, au nez et à la barbe des sprinters. Le champion des Pays-Bas devance l’Italien Danilo Hondo et l’Espagnol Oscar Freire.

Erik Dekker, qui déjà faisait partie de l'échapée matinale,est sorti dans une échappée à 25 kilomètres de l’arrivée puis parti à 3 kilomètres du but en compagnie de l’Allemand Matthias Kessler, Erik Dekker a su résister jusqu’au bout au retour du peloton.L’Italien Paolo Bettini, qui se classe 6e, s’empare de la tête du classement de la Coupe du monde.

19:11 Écrit par j | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/10/2004

Oscar Freire parmi les grands

L'Espagnol devient champion du monde pour la 3e fois et rejoint ainsi Binda, Van Steenbergen et Eddy Merckx
VÉRONE Comme en 1999, la ligne droite finale du mondial de Vérone a souri à Oscar Freire. L'Espagnol a obtenu un nouveau titre de champion du monde sur route chez les élites, le troisième de sa jeune carrière. Il rejoint ainsi trois très grands champions de l'histoire du cyclisme: Alfredo Binda, couronné avant la Deuxième Guerre Mondiale, Rik Van Steenbergen qui fut le meilleur dans les années cinquante et Eddy Merckx, victorieux en 1967, 1971 et 1974.
Largement décevant, le championnat du monde 2004 n'aura été intéressant que dans l'ultime boucle, voire dans sa dernière ligne droite. D'abord contrôlée par les Espagnols, puis par les Italiens et, dans le final, à nouveau par les coureurs ibériques, l'épreuve s'est achevée par un sprint de dix-huit coureurs. Idéalement emmené par ses équipiers, dont Nozal, Mancebo, Perez et, tout à la fin, Valverde, Oscar Freire n'a pas manqué l'occasion pour ajouter un troisième titre à sa collection. Une performance remarquable qui l'autorise à envisager de devenir, un jour, recordman unique au niveau des titres mondiaux de la route chez les élites. Car il faut préciser qu'Eddy Merckx fut, aussi, couronné chez les amateurs...
Ce triomphe de Freire est le principal, voire unique motif de satisfaction au terme d'une journée plutôt morne. Le mondial n'a jamais été une course passionnante, le parcours, éprouvant, incitant la plupart des favoris à attendre jusqu'à l'ultime boucle pour accélérer. Même l'abandon prématuré de Bettini, blessé à un genou pour avoir heurté le véhicule de son directeur sportif après une crevaison, n'a pas été de nature à lancer les débats.
Dans l'avant-dernière bosse, vingt-cinq hommes se sont dégagés avec, parmi eux, six coureurs espagnols, pour quatre italiens et trois allemands, mais aucun belge. L'équipe, très jeune, de José De Cauwer a largement déçu, seul Van Zummeren pouvant être crédité d'une bonne course. Gilbert a renoncé trop tôt, Van Petegem n'a pas été capable de réagir au moment décisif.
Lors de l'ultime ascension, sous l'impulsion de Boogerd, six hommes avaient pris un léger avantage. Outre le Hollandais, il y avait, à l'avant, Freire et Valverde, Basso et Cunego, ainsi que O'Grady. Mais de l'arrière sont revenus plusieurs coureurs, dont Zabel et Hondo. Au sprint, Freire a cependant émergé nettement devant Zabel et l'Italien Paolini.
Joël Godaert La dh les sports (03/10/2004)

18:45 Écrit par j | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/10/2004

Rogers champion du monde du chrono


L’Australien Michael Rogers est devenu ce mercredi le nouveau champion du monde du contre la montre.

Après avoir récupéré le maillot arc-en-ciel de 2003, Michael Rogers s’est offert le Chrono disputé dans les rues de Vérone. L’Australien devance Michael Rich, deuxième pour la troisième fois de sa carrière et Alexandre Vinokourov.

17:46 Écrit par j | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Cyclisme, Transferts

30/09 20:29 - Cyclisme, Transferts
L’Italien Filippo Pozatto et l’Américain Guido Trenti se sont engagés en faveur de la formation belge Quick Step.
Les deux coureurs de la Fassa Bortolo rejoignent donc l’équipe Quick Step. Filippo Pozzato, 23 ans, a notamment remporté une étape sur le Tour de France cette année. Il rejoint son compatriote Paolo Bettini. L’américain Guido Trenti (31 ans) épaulera de son côté le sprinteur vedette de la formation belge, Tom Boonen.
30/09 20:29 Sport24.com

17:31 Écrit par j | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |